Sonusparadisi

Orgue Jordi Bosch - Santanyi, Majorque (1762)

remise de 10% jusqu'au 20 décembre 2012
  • Opis
  • Więcej szcegółów

pour Hauptwerk 2 et supérieur ou HK 1 sur demande.

Magnifique orgue espagnol avec trompettes en chamade

Une production signée Sonusparadisi

Parmi les orgues de Majorque, cet instrument de Jordi Bosch est un véritable joyau, avec ses 2 claviers manuels et ses 40 jeux coupés. Drapé de la fierté impériale de son temps, le buffet monumental et somptueusement décoré par Fra Albert Borguny, accentue la luminosité des jeux.

L'orgue de Santanyi est l'un des ouvrages les mieux préservés de Jordi Bosch, et possède une magnifique "Trompetaria" de 9 rangs de trompettes en chamade, typique de l'école espagnole de facture d'orgue. Le son se diffuse dans toute l'église, grâce à la disposition en rayons des trompettes : le Baixon est dirigée vers l'est, la Trompa magna vers l'ouest ; deux jeux d'anches à résonnateurs courts sont disposés horizontalement au-dessus de la tête de l'organiste : Regalies et Dolcaina. Le grand-orgue repose sur un large 16 pieds (Flautat maior) qui donne un son profond et chaud au plenum. Cet orgue renferme la plus grosse mixture (Ple) existante dans le monde : 25 rangs et 1.104 tuyaux ! Elle est postée sur un sommier séparé dont chaque gravure est alimentée par son propre porte-vent, long de 2,5 m. Le positif (Cadireta) dissimule une sorte de chalumeau (Saboiana), ainsi que d'autres jeux typiques tels Nasards ou Corneta, Flautat tapad (flûte à cheminée) et quelques mutations : Dinovena et Siurell. Certains jeux comme le Bordo furent utilisés ici pour la première fois à Majorque.

Les sommiers des instruments sont divisés en basses et dessus, offrant une large palette de registrations à l'organiste.

 

Jordi Bosch (1739-1801) était un facteur d'orgues majorquin renommé du 18ème siècle. Son œuvre gagne peu à peu la reconnaissance qu'elle mérite dans la tradition de facture d'orgue européenne. Parmi ses ouvrages figurent aussi l'orgue renommé de la cathédrale de Séville (1792) ou encore l'orgue du palais royal de Madrid (1778), où l'on trouve de nombreuses innovations techniques : double laye, jeux préparés (nommés plus tard "appels"), soufflets à pression compensée et autres. Bosch a abandonné la tradition de facture d'orgue de Marjorque pour développer un style novateur et de nouvelles techniques, se retouvant ainsi en avance d'environ deux générations par rapport au centre de l'Europe. Certains chercheurs remarquent l'infuence de Bosch sur le jeune Aristide Cavaillé-Coll, qui pourrait avoir examiné l'orgue Bosch du palais royal de Madrid.

L'orgue de Santanyi est l'un de ses premiers ouvrages, qu'il construisit à l'âge de 26 ans pour le monastère de Santo Domingo à Palma. Après la fermeture du monastère dominicain en 1837, l'orgue fut déplacé et remonté par Guillem Puig à Santanyi, emplacement que l'instrument occupe encore maintenant. L'orgue a été soigneusement restauré par Gerhard Grenzig en 1985.